Article précédent Article 1er Article suivant

3. L’indépendance


Le Juriste de banque, bien que lié par un contrat de travail à l’établissement de crédit qui l’emploie, se doit de maintenir son indépendance intellectuelle dans l’exercice de sa profession et dans l’intérêt de son entreprise.

Le conseil donné par le Juriste n’a en effet aucune valeur réelle s’il n’a été donné que par complaisance ou par intérêt personnel ou sous l’effet d’une pression extérieure. De même, il ne doit pas accepter d’intervenir dans des affaires pour lesquelles il n’est pas compétent. A défaut de compétences internes à l’entreprise sur une question ou dans un domaine particulier, il doit conseiller et proposer le recours à des conseils externes.




Copyright © 2001 - ANJB / Tous droits réservés
Pour toute question concernant ce site web:
webmaster@anjb.net